月を傘
にきて遊ばばや
旅の空

tsuki o kasa / ni kite asobabaya / tabi no sora

avec pour seul chapeau la lune
je voudrais tant partir !
ciel du voyage

Kikusha venait de perdre son mari, à 28 ans, et projetait de partir pour un long voyage. Ce haïku sous-tend sa volonté de vivre.

Poèmes de tous les jours - Anthologie proposée et commentée par Ôoka Makoto, trad. par Yves-Marie Allioux (Ed. Picquier, 1995).