De Takarai Kikaku 其角 :

花見にと母につれだつめくら児

hanami ni to / haha ni tsuredatsu / mekura-go

pour voir les fleurs
guidé par sa mère, il vient
le petit aveugle

Le problème de la poésie Japonaise, technique et traduction par Georges Bonneau (1938).

Ce haïku magnifique parce que très bien construit, montre les sentiments d'une mère allant voir les cerisiers en fleur avec son enfant aveugle. A remarquer les assonances en ha qui dénote une certaine douceur, celle de la fleur (hana), celle de la mère (haha), que la dureté de la dentale dans tsuredatsu contrebalance. La voyelle a en japonais signifie la clarté, la lumière, combinée avec h, le son devient ouvert et lumineux. Mekura signifie littéralement yeux noirs, qui ne voient pas, donc aveugle. La sonorité ra rend le haïku plus fluide.