Sortie de bureau. Il fait un bout de chemin avec moi. Nous traversons la rue, puis la cour carrée. Il se présente, Moklar, je me présente, neko, il enlève son gant pour me tendre la main, mes mains sont occupées par deux grands sacs, je lui fais signe que je ne peux lui serrer la pince. Il remet son gant. Le technicien d’entretien du Louvre a fini de se coltiner les feuilles d’automne, quel travail ! Enfin, il va pouvoir revenir à l’intérieur du bâtiment pour l’hiver. Il m’accompagne et me propose de prolonger notre entretien, c’est sa spécialité, pour faire plus ample connaissance, mais je rentre chez moi où je suis attendue. Il semble déçu, mais me souhaite néanmoins poliment "bonne soirée" et poursuit sa route.

 

sorti de l’ombre

le chemin des travailleurs

croisement