La vague sur l’âne
lui fait perdre pied
Il ne sait
pas nager
Avec ses gros sabots

Il frappe l’eau
Sans en toucher le fond

Ses hihan finissent
Par se taire
Un dernier trébuchement
L’amène à la côte
Celle d’Adam
Dont il rêve
Depuis si longtemps