J'offre ce poème
à Joffre le pousseur
que rien ne pousse
à avancer
puisqu'il n'a rien
devant lui
que les remous
de la Seine