27-10-2008

L'automne au féminin

Sugita Hisajo :

うてゆる字秋
hi ni nûte / ko ni oshiyuru ji / aki no ame

cousant sous la lampe
j'apprends l'alphabet à mon enfant
pluie d'automne

~

Takajo Mitsuhashi :

落葉 落葉落葉 臥所にも
ochiba ochiba ochiba fushido no naka ni mo furu

feuilles mortes
feuilles mortes, feuilles mortes
aussi dans mon lit

~

Teijo Nakamura :

曼珠沙華抱くほどれど母恋
manjushage* dakuhodo toredo haha koishi

ma mère me manque
je cueille des fleurs d'équinoxe
à pleines brassées

~

Masajo Suzuki :

秋髪染めあげてうらがなし
onna no aki kami some-agete uraganashi

L'automne des femmes...
je suis mélancolique
d'avoir teint mes cheveux

~

Ayako HOSOMI :

ででかるる
dedemushi ga / kuwa de fukaruru / aki no kaze

le vent d'automne
souffle un escargot
sur la feuille de mûrier

~

Mariko KOGA :

よろめきてけばただ
yoromekite / furimukeba tada / aki no kaze

je me retourne
après avoir chancelé

rien que le vent d'automne !

~

Miyoko HASHIMOTO :

曼珠沙華蕊までゆかしむ
manjushage* shibe no saki made ari yukashimu

Je laisse une fourmi
aller au bout
d'un pétale d'équinoxe

~

Hitomi OKAMOTO :

喪主という座秋袷
moshu to iu tsuma no tsui no za aki-awase

Porter le deuil
est mon dernier devoir d'épouse -
kimono d'automne

~

Tsubaki HOSHINO :

コスモスに郵便箱のかくれたる
kosumosu** ni yûbin-bako no kakure taru

la boîte aux lettres
se cache
derrière des cosmos

~

Kazue ASAKURA :

髪黒きままの死願曼珠沙華
kami kuroki mama no shi negau manjushage*

je souhaite mourir
avec mes cheveux noirs
fleurs d'équinoxe

~

Amari OKI :

をはこんでいたる
semi no me o hakonde itaru aki no ari

des fourmis portent
dans l'automne
des yeux de cigale

~

Yuko MASAKI :

キーワイをれば翡翠宇宙なる
kiwi o kireba hisui no uchû** naru

le kiwi coupé :
un cosmos
couleur jade !

~

Madoka MAYUZUMI :

紅引くやれを鏡中
beni hiku ya hagi** no midare o kyôchû ni

je mets du rouge à lèvres
dans la glace se balancent
les fleurs de cosmos

Kigo : mot de saison

* manjushage = nom littéraire (Cluster amaryllis), la fleur aux 600 noms ou

higanbana : fleur d'équinoxe (彼岸花), est la fleur des Japonais et des poètes. Fidèlement, à l'équinoxe d'automne, jaillissent de terre, sur de hautes hampes, ses fleurs de flammèches rouges. Sa floraison en masse, le long des fossés d'irrigation, strie les paysages des rizières de zébrures sanglantes. La magie de la fleur et celle des traditions font le succès de bien des haïkus et des estampes.

Higan : fête bouddhiste de 7 jours ayant lieu à chaque équinoxe, consacrée à la mémoire des morts et à l'entretien des tombes. La fleur apparaît pendant l'higan d'automne, d'où ce nom et quelques autres :

shibito bana : fleur des morts

tengai bana : fleur de l'au-delà

yûri bana : fleur des fantômes

sugeto bana : fleur orpheline

Cf. message antérieur (2007) sur chichin

** kosumosu, uchû = cosmos, fleur d'automne. Hagi (lespédèze) traduit  cosmos.
aki = automne
ochiba = feuilles mortes

Posté par chichin à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


27-03-2007

Sugita Hisajo et la nature

pueraire_kudzu会いよりて 葛の雨聞く 傘触れ

aiyorite / kuzu no ame kiku / kasa fureshi

en se rapprochant
pour écouter la pluie sur la vigne* -
nos parapluies se touchent

* kuzu = puéraire, ou kudzu, ou vigne kudzu (pueraria lobata), arrow root en anglais, est une plante vivace de la famille des Fabacées originaire d'Extrême-Orient. Pueraria, fait référence à l'exceptionnelle vitalité de ces plantes envahissantes. La puéraire fleurit en automne, ses fleurs sont doucement parfumées. Sa racine est utilisée dans la cuisine asiatique comme épaississant. Le kuzukiri. est un dessert très connu. Elle a également de nombreuses vertus médicinales.



higanbana11我につきいし サタンはなれぬ 曼珠沙華

ware ni tsuki ishi
Satan hanarenu
manjushage*

Satan me poursuit
et ne me quitte pas-
amaryllis en touffe

* manjushage : nom littéraire (Cluster amaryllis), la fleur aux 600 noms ou higanbana : fleur d'équinoxe (彼岸花), est la fleur des Japonais et des poètes. Fidèlement, à l'équinoxe d'automne, jaillissent de terre, sur de hautes hampes, ses fleurs de flammèches rouges. Sa floraison en masse, le long des fossés d'irrigation, strie les paysages des rizières de zébrures sanglantes. La magie de la fleur et celle des traditions font le succès de bien des haïkus et des estampes.

Higan : fête bouddhiste de 7 jours ayant lieu à chaque équinoxe, consacrée à la mémoire des morts et à l'entretien des tombes. La fleur apparaît pendant l'higan d'automne, d'où ce nom et quelques autres :
shibito bana : fleur des morts
tengai bana : fleur de l'au-delà
yûri bana : fleur des fantômes
sugeto bana : fleur orpheline

Magnolia_grandiflora

長い雨や 泰山木の花落ず

naga ame ya
taisanboku* no
hana ochizu

pluie persistante-
les fleurs du magnolia
ne sont pas encore tombées

* taisanboku (泰山木) : magnolia grandiflora fleurit en été.


cerisier桜咲く憂さの暮れ橋うち渡り

sakura saku / usa no kurehashi / uchiwatari

cerisiers en fleurs-
sur le vieux pont
je traverse mélancolique



bourgeons土濡れて 久女の庭に 芽ぐむ物

tsuchi nurete / Hisajo no niwa ni / megumumono

sol détrempé-
dans le jardin d'Hisajo
tous ces bourgeons !



asagao28

朝顔や 濁り初めたる 市の空

asagao* ya / nigori hajimetaru / ichi no sora

belles de jour-
le ciel au-dessus du marché
devient nuageux

*

夕顔や ひらきかかりて 襞深く

yûgao* ya / hiraki kakari te / hida fukaku

le volubilis
juste entr'ouvert
profondément froissé

* asagao : belles de jour, littéralement visage du matin et yûgao, visage du soir : volubilis (ipomea). Ce sont des fleurs très prisées au Japon.

rosejaune薔薇香るまあぶるのひに哀詩あり

bara kaoru / maaburu no hi ni / aishi ari

parfum de roses
une élégie gravée
dans le marbre

Posté par chichin à 15:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

24-03-2007

Sugita Hisajo (1890-1946)

Hisajo s'est appliqué, sa vie durant, à l'art de la calligraphie et du haiku. Innovatrice dans le monde du haïku, féministe avant l'heure, elle nous révèle sa coquetterie, voire sa sensualité dans le port du kimono. Malheureusement atteinte de démence vers la fin de sa vie, Hisajo est morte sans être acceptée dans le monde du haïku. Ses œuvres sont considérées comme étant l’une des sources du haïku contemporain.

Micheline Beaudry lui consacre un article, ainsi qu'aux autres femmes poètes japonaises dans la revue canadienne Arcade n°64, dont le thème est l'instant - automne 2005. Je la remercie de m'avoir fait connaître et la revue et les haijins féminines. On ne trouve que très peu de traductions françaises. Je me suis donc inspirée des traductions anglaises de World Haiku Review pour interpréter ces haïkus.

春の陽に
心踊りて
襟掛けぬ
haru no hi ni / kokoro odorite / eri kakenu

lumière de printemps-
mon cœur danse en mettant
le col de mon kimono

Mais le port du kimono n'est pas toujours un plaisir, lorsque la ceinture (obi) rigide devient une gêne.

板の如き
帯に刺されぬ
秋おぎ
ita no gotoki / obi ni sasarenu / aki ogi

enfoncé dans l'obi
trop serré et rigide
un éventail d'automne [trad. M. Beaudry]

*

花衣
脱ぐやまつはる
紐いろいろ
hanagoromo / nuguya matsuharu / himo iroiro

kimono fleuri-
en se déshabillant s’accrochent
les différents cordons

*

薄物に
衣通る月の
肌へかな
usumono ni / so tôru tsuki no / hadae kana

à travers le kimono léger
la lune effleure la peau nue

Gestes d'une femme se lavant les cheveux.

菊の日に
雫振り梳く
濡毛かな
kiku no hi ni / shizuku furi suku / nurege kana

jour des chrysanthèmes-
en peignant mes cheveux mouillés
une pluie de gouttes

Sa compassion s'adresse aussi bien aux êtres humains qu'aux fleurs.

秋宮に
髪むしり泣く
女哉
aki miya ni / kami mushiri naku / onna kana

temple en automne -
tirant violemment ses cheveux
une femme pleure

*

貧しき群れに
落ちし心や
百合にはず
mazushiki mureni / ochishi kokoro ya / yurini hazu

dans l'horrible foule
mon coeur s'est brisé
à la vue des lys innocents

Japonaise catholique ?

バイブルを
良む淋しさよ
花の雨
baiburu o / yomu sabishisa yo / hana no ame

lisant la bible
seule-
pluie de pétales

*

雪道や
降誕際の
窓明り
yuki michi ya / kôtansai no / mado akari

fenêtre éclairée
sur le sentier neigeux
fête de la nativité*

* plutôt que de traduire "soir de Noël", j'ai préféré la traduction littérale plus proche du sens.

Un peu de légèreté aussi dans ses désirs de femme.

秋木ぬと
サファイア色の
小鯵買う
aki kinu to / safaia iro no / koaji kau

l'automne est là-
j'achète
un petit poisson saphir

Hisajo mère :

朝寒の
釜たくわれに
起き来る子
asazamu no / kama taku ware ni / oki kuru ko

matin de froid-
tandis que j'allume le feu
l'enfant réveillé me rejoint

Adaptation française de neko.

Posté par chichin à 09:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,