31-01-2010

dans son manteau

dans son manteau
making world better to…
un dandinement

Posté par chichin à 07:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


16-01-2009

Regards de femmes, collectif

Regards_de_femmesRegards de femmes

dirigée par Jannick Belleau
coédition Adage (Montréal)
Association française de haïku (Lyon, France)
ISBN 978-2-921956-30-7

 

 

 

Ce recueil de haïkus, regard au féminin, aborde les thèmes de l’amitié, de la famille, des passages de la vie, de la société et de la planète. Les auteures de tous horizons : France, Québec, Colombie-Britannique, Manitoba et Nouveau-Brunswick, Belgique, Algérie, île de la Réunion, Tunisie, Chine, Inde ou États-Unis d’Amérique. Çà et là, des illustrations et des photographies évocatrices, sinon inspiratrices des poèmes.

L'amitié... toujours

elle arrive chez moi
à dos de carte postale
l'amie voyageuse

[Lucienne Piché, Québec]

La famille... les générations

tonnerre dans la nuit -
sur mon visage exsangue
sa petite main

[Amel Hamdi Smaoui, Tunisie]

à l'hôpital
je peigne ses cheveux blancs -
maman si emmêlée

[Maxianne Berger, Québec]

Les passages de la vie... les âges

le sable
entre ses doigts tout petits
fuit fuit fuit...

[Dominique Champollion, France]

moi à vélo
elle en déambulateur
entre nous le temps

[Hélène Bouchard, Québec]

La société... sans fard

métro corps à corps
bref instant de connivence
- changer de rame ?

[Anick Baulard, France]

rue de Montréal
deux Inuits couchés
dans la neige

[Carole Melançon, Québec]

station-service
une vieille barque fleurie
- panne sèche

[Chantal Couliou, France]

La planète... son avenir

 

 

 

 

allume les bougies
laisse reposer la planète
quelques minutes

[Cathy Raynal, France]

jour de la Terre
l'enfant donne un câlin
au globe terrestre

[Jessica Tremblay, Québec]

me lavant les dents
je pense à couper l'eau - las !
le robinet fuit

[Catherine Belkhodja, France]

Thème libre... au gré du temps

le long de mon bras
une chenille grimpe
son Himalaya

[Huguette Ducharme, Québec]

mes doigts dans l'eau
le temps passe
et la rivière

[Louve Mathieu, Québec]

écran portable
un flocon de neige fond
message brouillé

[nekojita, France]

etc. etc. etc. et beaucoup d'autres encore. Un beau livre ! Après les haïjins japonaises de D. Chipot, voici les haïjins francophones. Une très belle sélection et un beau travail de mise en page de Jannick Belleau.

Une présentation de cet ouvrage sera faite à Paris, par Jean Antonini, président de l'AFH,
samedi 24 janvier à 19h30.

Lucarne des écrivains
115, rue de l'Ourcq - 75019 Paris
tél. 01 40 05 91 29
fax. 01 40 05 91 51

lalucarne@alicepro.fr

Posté par chichin à 07:39 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

27-10-2008

L'automne au féminin

Sugita Hisajo :

うてゆる字秋
hi ni nûte / ko ni oshiyuru ji / aki no ame

cousant sous la lampe
j'apprends l'alphabet à mon enfant
pluie d'automne

~

Takajo Mitsuhashi :

落葉 落葉落葉 臥所にも
ochiba ochiba ochiba fushido no naka ni mo furu

feuilles mortes
feuilles mortes, feuilles mortes
aussi dans mon lit

~

Teijo Nakamura :

曼珠沙華抱くほどれど母恋
manjushage* dakuhodo toredo haha koishi

ma mère me manque
je cueille des fleurs d'équinoxe
à pleines brassées

~

Masajo Suzuki :

秋髪染めあげてうらがなし
onna no aki kami some-agete uraganashi

L'automne des femmes...
je suis mélancolique
d'avoir teint mes cheveux

~

Ayako HOSOMI :

ででかるる
dedemushi ga / kuwa de fukaruru / aki no kaze

le vent d'automne
souffle un escargot
sur la feuille de mûrier

~

Mariko KOGA :

よろめきてけばただ
yoromekite / furimukeba tada / aki no kaze

je me retourne
après avoir chancelé

rien que le vent d'automne !

~

Miyoko HASHIMOTO :

曼珠沙華蕊までゆかしむ
manjushage* shibe no saki made ari yukashimu

Je laisse une fourmi
aller au bout
d'un pétale d'équinoxe

~

Hitomi OKAMOTO :

喪主という座秋袷
moshu to iu tsuma no tsui no za aki-awase

Porter le deuil
est mon dernier devoir d'épouse -
kimono d'automne

~

Tsubaki HOSHINO :

コスモスに郵便箱のかくれたる
kosumosu** ni yûbin-bako no kakure taru

la boîte aux lettres
se cache
derrière des cosmos

~

Kazue ASAKURA :

髪黒きままの死願曼珠沙華
kami kuroki mama no shi negau manjushage*

je souhaite mourir
avec mes cheveux noirs
fleurs d'équinoxe

~

Amari OKI :

をはこんでいたる
semi no me o hakonde itaru aki no ari

des fourmis portent
dans l'automne
des yeux de cigale

~

Yuko MASAKI :

キーワイをれば翡翠宇宙なる
kiwi o kireba hisui no uchû** naru

le kiwi coupé :
un cosmos
couleur jade !

~

Madoka MAYUZUMI :

紅引くやれを鏡中
beni hiku ya hagi** no midare o kyôchû ni

je mets du rouge à lèvres
dans la glace se balancent
les fleurs de cosmos

Kigo : mot de saison

* manjushage = nom littéraire (Cluster amaryllis), la fleur aux 600 noms ou

higanbana : fleur d'équinoxe (彼岸花), est la fleur des Japonais et des poètes. Fidèlement, à l'équinoxe d'automne, jaillissent de terre, sur de hautes hampes, ses fleurs de flammèches rouges. Sa floraison en masse, le long des fossés d'irrigation, strie les paysages des rizières de zébrures sanglantes. La magie de la fleur et celle des traditions font le succès de bien des haïkus et des estampes.

Higan : fête bouddhiste de 7 jours ayant lieu à chaque équinoxe, consacrée à la mémoire des morts et à l'entretien des tombes. La fleur apparaît pendant l'higan d'automne, d'où ce nom et quelques autres :

shibito bana : fleur des morts

tengai bana : fleur de l'au-delà

yûri bana : fleur des fantômes

sugeto bana : fleur orpheline

Cf. message antérieur (2007) sur chichin

** kosumosu, uchû = cosmos, fleur d'automne. Hagi (lespédèze) traduit  cosmos.
aki = automne
ochiba = feuilles mortes

Posté par chichin à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19-09-2008

Aya Shôbu (1924-2005)

Née dans un quartier populaire de Tôkyô, Aya est membre de la revue Wakaba (jeune feuille) et a publié quatre recueils de haïkus. Son ressenti d'ouvrière :

je coltine un sac de charbon
avec des cordes
la poitrine comprimée

sumidawara katsugu chibusa o bakusarete

炭俵かつぐ乳房を縛されて

*

légèrement augmentée
je rentre chez moi
avec quelques fraises

ichigo kai modoru choppiri shôkyû su

苺買い戻るちょっぴり昇給す

*

mon père ne doit mourir
il faut
qu'il scie des blocs de charbon

sumi o hiku chi yori nogare enu chichi yo

炭を挽く地より逃れ得ぬ父よ

*

naissance au fond d'une ruelle
enfance au fond d'une ruelle...
Coiffure de fête

roji ni are roji ni sodachishi matsuri-gami

路地に生れ路地に育ちし祭髪

*

ma belle-mère est morte
ses grands pieds
dépassent de la couverture

ôki ashi futon hamidashi haha yukeri

大き足布団はみ出し継母逝けり

*

ce bouquet de chrysanthèmes sauvages
plein d'attentions pour mes parents
partis dans l'autre monde

nogiku tsumi raise wa fubo ni amaetaki

野菊摘み来世は父母に甘えたき

Posté par chichin à 07:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

26-08-2008

Kyôko Terada (1922-1976)

Maladie, mort, guerre sont les thèmes abordés par Kyôko Kerada. Née à Sapporo, tuberculeuse à dix-sept ans, elle a commencé à écrire en 1944 et a publié quatre recueils de haïkus.

セルを着て遺書は一行にて足りる
seru o kite isho wa ichigyô nite tariru

je porte un kimono de serge
une ligne suffira
sur mon testament

*

友の死がとどく銭湯真裸に
tomo no shi ga todoku sentô mahadaka ni

on m'annonce la mort
de mon amie - je suis nue
dans les bains publics

*

水打つや生きる父より亡母恋し
mizu utsu ya ikiru chichi yori bôbo koishi

l'arrosage...
Je veux revoir ma mère morte
plutôt que mon père vivant

*

et un sujet très féminin.

末枯れやねむりの中に生理くる
uragare ya nemuri no naka ni seiri kuru

plaine dénudée...
Mes règles viennent
pendant mon sommeil

Extraits de Du rouge aux lèvres (La Table ronde, 2008).

Posté par chichin à 08:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

06-06-2008

3 pêches blanches 白桃

Je vous laisse savourer ces trois fruits juteux à merveille : à la sensualité de l'une, aux envies de meurtre de l'autre, à la douceur de la troisième.

 

de Toshiko Tonomura (1908-2000)

白桃に唇濡れしまま笑ふ

hakutô ni kuchibiru nureshi mama warau

les lèvres mouillées
du jus de pêche blanche
je ris

 

 

de Masajo Suzuki (1906-2003)

白桃に人刺すごよく刃を入れて

hakutô ni hito sasu gotoku ha o irete

la lame pénètre
la pêche blanche
comme pour poignarder

 

de Takako Hashimoto (1899-1963)

白桃に入れし刃先の種を割る

hakutô ni ireshi hasaki no tane o waru

coupant la pêche blanche
la pointe du couteau
casse le noyau

Du rouge aux lèvres, traduction de Makoto Kemmoku et Dominique Chipot (La table ronde 2008)

Posté par chichin à 08:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

09-03-2007

MIYABI : splendeur et sérénité

A l’occasion de la Journée internationale de la femme 国際女性デー (kokusai josei de-), le Japon a organisé une soirée à l’UNESCO sur le thème : MIYABI - splendeur et sérénité.

Au programme :

-          Cérémonie de l’habillage : Jûni-hitoe 十二単 (12 couches)

-          Témoignage du maître du Théâtre Nô, Noriko Tomiyama.

habit_detail3

Le Jûni-hitoe est le costume des Dames de la Cour impériale au xie siècle, époque Héian, toujours en usage dans la Maison impériale, porté à l’occasion des cérémonies de la cour à très haut protocole. Il est composé d’une superposition de kimonos dont les étoffes, les couleurs et les motifs rivalisent de somptuosité et de délicatesse par le jeu des matières, des tissages et des incrustations et broderies. Le style du Jûni-hitoe est resté inchangé depuis mille ans.

Deux assesseurs, dont Reiko Shoji, présidente de l’école Takakura de Emondo, pour habiller le sujet impassible, car il existe une école pour apprendre à habiller les autres. Au Japon tout est érigé en art.

Les kimonos, tous plus colorés les uns que les autres, s’ajoutent en couches successives (traditionnellement 12, mais je n'ai pas compté) sur la mannequin vivante (l’est-elle ?). Les deux femmes qui s’occupent d’elle, nouent les cordons de la ceinture et arrangent les plis pour former une suite harmonieuse de couleurs. Une belle cérémonie, pleine d’élégance, mais qui magnifie la femme-objet, femme désincarnée.

no2Théâtre Nô. En revanche, pour la journée de la femme, c’est lui rendre hommage que de l’accepter dans le théâtre traditionnel Nô, réservé aux hommes. Car chacun sait que les rôles féminins étaient tenus par des hommes (女形onnagata). Le témoignage de Noriko Tomiyama, 80 ans, montre les efforts intenses qu’il a fallu pour faire connaître le monde féminin. Ce fut une surprise pour moi de voir que les choses évoluent au Japon dans ce domaine, ce qui n’a pas du être sans mal. De plus, insigne suprême, elle a été classée « Trésor National Spirituel » depuis 2004. A la différence des hommes, Noriko joue à visage découvert, ce qui est une innovation. Le masque est l’apanage des hommes.

Représentée par son élève, un bout de Hagoromo (羽衣 habit en ailes d’ange), la pièce la plus connue au Japon. De circonstance après l’habillage que certains auraient voulu un déshabillage.

Soirée intéressante !

Quelques photos en plus.

Posté par chichin à 12:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :