Un grand classique italien qui fait partie de mes livres de chevets.

En relisant les classiques japonais, Les fruits du Gingko de Kenji Miyazawa, je ne peux que repenser à ce personnage qui m'a ému par sa naïveté et son amour de la nature.

Marcovaldo est manœuvre, pauvre et chargé de famille, mais il rêve beaucoup. À la nature, surtout, qui n'est guère présente dans l'univers d'asphalte et de béton où il lui faut vivre. Cela lui vaudra une suite d'aventures et de mésaventures, où on le verra successivement cueillir des champignons à l'arrêt du tram, prendre un bien curieux bain de sable, s'amouracher d'une plante d'appartement singulièrement envahissante, être amené - par un chat dont il est l'ami et, accessoirement, par une truite - à rencontrer une étrange vieille marquise, et faire bien d'autres choses encore.

La force de l'écriture d'Italo Calvino apporte le rire et la fantaisie avec une élégance naturelle. Dans cette oeuvre inclassable et pleine d'humour, l'auteur montre qu'il y a de l'intérêt et de la poésie en toutes choses. Il suffit de savoir regarder.

Un livre extrêmement recommandable pour tous ceux qui sont au monde et ne l'ont pas encore lu.