22°C, la température idéale pour aller déjeuner au jardin du Luxembourg. Installée à l'ombre du parrotia, un magnifique poste d'observation pour regarder le massif de tulipes rose foncé et rose pâle entourant le poète Verlaine. Deux fillettes en tresse, l'une rose, l'autre bleue, courent sur la pelouse parsemée de pâquerettes.

deux petites nattes
joutent avec les branches
de cerisier

Le merle perché sur une branche du parrotia s'élance vers les tulipes, suivi de près par la merlette. Puis il revient et se met à chanter et siffler juste au-dessus de moi, arrêté net dans son élan par l'apparition d'une corneille, l'ombre au tableau.

du parrotia
aux tulipes le merle
et sa merlette

~

première loge
le merle franc-maçon
chante et siffle

~

la corneille
le chant du merle reprend
à son départ

Ma voisine apeurée par un insecte puant que si on l'écrase.

la punaise
sur le vert tendre
inodore

Lorsqu'un enfant-trappeur arrive avec sa carabine et vise les gens du voisinage. – Ça devient dangereux, dis-je, mi-plaisantant mi-sérieuse et je m’en vais. La mère me dit : ce n’est pas dangereux. – Désolée, mais je n’aime pas les armes quelles qu’elles soient.

visée par l’enfant
à la carabine
l’heure du départ

À la sortie du jardin, les travailleurs permanents continuent de s'activer sur les parterres floraux.

les genouillères
du jardinier
sur le gravier

De retour au bureau, fenêtre ouverte, je continue à percevoir les bruits du printemps.