Chaque soir, à la sortie du bureau, depuis un mois, j'entends les harmoniques d'un oiseau non identifié que j'écoute avec délectation. Est-ce un merle un étourneau ? Surprise par l'heure tardive de ce chant.

Détaché du reste de la ville, son chant dans la nuit éclairée, fait naître dans ce monde turbulent un espoir.

Perché sur un peuplier du bord de Seine, invisible, ses modulations, qu'il porte très haut au-dessus des voitures, me mettent en joie. J'attends que le feu passe au vert pour traverser et laisse passer plusieurs feux en écoutant ce qu'il a à dire. La tête haute je rentre chez moi.

faisant fi de la circulation
ses trilles