au pied du chêne
les chiens l’un après l’autre

viennent me lécher