07-11-2009

Couvre-feu, de Paul Eluard

Que voulez-vous la porte était gardée

Que voulez-vous nous étions enfermés

Que voulez-vous la rue était barrée

Que voulez-vous la ville était matée

Que voulez-vous elle était affamée

Que voulez-vous nous étions désarmés

Que voulez-vous la nuit était tombée

Que vouliez-vous nous nous sommes aimés.

Posté par chichin à 07:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


29-02-2008

OOKA Makoto* : L'écriture et la vie 文と人生

L'écriture et la vie

文と人生
Bun to jinsei

Pour bien écrire il faut
des virgules
des points
des parenthèses
des guillemets
qu'on notera soigneusement sans se tromper

          Voilà ce qu'on m'a appris quand j'étais petit

Or quand on y songe la vie elle-même est faite
de virgules
de points
de points de suspension
de souvenirs qu'on emballe dans des parenthèses pour les jeter à la poubelle
et d'années qu'on voudrait flanquer de la mention « à supprimer »
et de jours qui se      changeant
d'eux-mêmes      en virgules
passent leur vie recroquevillés

Dans ma jeunesse
J'ai appris d'un poète d'Europe**
cette phrase qui s'est gravée dans mon esprit

« Vieillir      c'est organiser
Sa jeunesse au cours des ans »

Or ce cher poète français lui aussi
fut bien forcé de ponctuer
sa propre vie à l'aide de points et de virgules
Goutte de pluie = !
Goutte au nez = ?
Guillemets = « »
Toute sa vie il vécut
en les tenant à pleines brassées
Tel était le sens de sa poésie

          Mais les deux vers que je viens d'évoquer
          aussi tranchants et droits qu'une feuille d'acore
          m'ont percé le crâne de part en part
          sans ponctuation aucune

Point de suspension au chef craintivement baissé
Virgule assise en tailleur d'un air convaincu
Chacune de ces expressions m'accompagne
          d'aujourd'hui à demain
                  d'aujourd'hui à hier
dans l'incessant va-et-vient      qui compose ma vie

Et parfois je me fais cette injonction

          « Prends soin d'organiser      ta jeunesse
           Cours d'une traite vers la disparition
            à travers la multitude des heures et des jours et des ans

            Et puis      surtout

           ne cherche jamais au grand jamais
           à recouvrer ta jeunesse ! »

OOKA Makoto*, né en 1931, est l'un des poètes les plus féconds et les plus admirés au Japon. Il se distancie de la poésie japonaise classique (tanka et haïku) pour écrire en vers libres. Ce poème tiré du recueil " Qu'est-ce que la poésie ? " (shi to wa nanika, 1985) figure dans l'ouvrage Citadelle de Lumière, Anthologie personnelles de poèmes 1956-1997, traduit du japonais par Dominique Palmé, aux éditions Philippe Picquier, 2002)
* makoto en japonais signifie vérité.
** La citation est de Paul Eluard.

Posté par chichin à 07:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,